Le ptérygion est une tumeur bénigne d’origine conjonctivale envahissant la cornée.
Le ptérygion est le plus souvent situé au niveau du « blanc » de l’œil dans l’angle interne des paupières (le canthus), du côté du nez.
Cette tumeur conjonctivo-élastique adopte le plus souvent la forme d’un triangle comparé à une « aile » (éthymologie grecque du terme ptérygion).

Favorisé par l’exposition aux UV et la sécheresse oculaire.

Le traitement chirurgical du ptérygion comporte plusieurs objectifs :

Préserver la fonction visuelle menacée par l’envahissement progressif de la surface cornéenne, restaurer l’esthétique de l’œil,  éviter les récidives, restaurer la fonction visuelle en cas d’envahissement de l’aire pupillaire.

Spontanément, après une exérèse simple la récidive survient en effet dans une proportion importante des cas, variable selon l’évolutivité de la lésion et le caractère primaire ou secondaire de l’intervention. 

Il faut bien poser le moment de l’indication opératoire car plus on opère, plus le risque de récidive (on dit aussi récurrence) augmente.

Ceci pose des problèmes thérapeutiques, du fait de l’épuisement du capital conjonctival disponible pour l’autogreffe.
Il est donc capital de mettre en œuvre la meilleure stratégie préventive possible dès la première intervention de ptérygion.

Pour éviter les récidives fréquentes, certaines méthodes sont basées sur la destruction des cellules fibroblastiques conjonctivales application de mitomycine C ou d’autre agent antimétabolite (thiothépa), radiothérapie par irradiation bêta au Strontium 90.

La majorité des méthodes actuellement employées font une place à la reconstruction de la zone d’exérèse :

>par une autogreffe de conjonctive, excellente méthode et simple,

>par une autogreffe cornéenne,

>par un allogreffe cornéenne lamellaire